agence successions

Successions : à la Banque Populaire du Sud, des spécialistes assistent les familles

Un décès laisse les proches désemparés face aux nombreuses formalités. La nouvelle « Agence Successions » de la Banque Populaire du Sud est un appui précieux pour les familles. Elle prend en charge les démarches et assure assistance et conseils pour ouvrir et régler les successions.

La perte d’un être cher entraîne aussi de nombreuses et incontournables formalités et procédures à entreprendre. Pour assister au mieux les familles dans ces moments difficiles, la Banque Populaire du Sud s’appuie sur une équipe de conseillers spécialisés regroupés dans l’Agence Successions dont le périmètre d’activité a récemment été étendu.

Accessible par téléphone ou mail tous les jours de la semaine*, cette équipe de huit personnes est pilotée par Maurizio Lai.

« La banque a simplifié ses procédures et professionnalisé ses équipes, pour être au plus près des ayants droit et les guider dans les démarches à effectuer explique le responsable de la nouvelle Agence Successions. Cela répond à un vrai besoin. »

Accompagner les familles

L’Agence Successions de la Banque Populaire du Sud prend en charge la gestion des comptes des défunts, protège et accompagne les héritiers dans les démarches administratives.

L’agence compte huit conseillères spécialisées et expérimentées qui traitent environ 3 200 successions annuellement.

« Chaque dossier est nominativement affecté à un gestionnaire qui en assure le bon déroulé. Cette personnalisation de la relation permet de nouer des contacts privilégiés jusqu’au dénouement. L’organisation de l’agence permet en cas d’absence du gestionnaire la prise en charge par une autre collaboratrice qui a accès au dossier et aux échanges qui ont eu lieu avec les différents intervenants (notaire, assureur…). La demande sera toujours reçue et traitée » assure Maurizio Lai.

Le savez-vous ?

Un décès entraîne le blocage des comptes courant, à vue et à terme, des cartes bancaires, et l’annulation des procurations existantes.

« Tous les comptes en propre du défunt sont bloqués. En revanche, un compte joint ne le sera pas et le co-titulaire pourra continuer à le faire fonctionner ».

Outre ces opérations bancaires, l’Agence Successions assure le lien avec les autres intervenants comme le notaire et les assureurs.

« Nous sommes une plaque tournante. Nous prenons en charge la relation avec les filiales de la banque pour gérer l’assurance-vie, les prêts, la prévoyance et les titres. »

Plusieurs mois sont nécessaires pour régler une succession

La prestation de l’agence spécialisée de la Banque Populaire du Sud contribue à fluidifier, voire accélérer, la résolution des dossiers. Entre l’ouverture et le dénouement d’une succession, peuvent s’écouler plusieurs mois (d’un mois, lorsqu’il n’y a pas de difficulté particulière, jusqu’à un an et plus en cas de mésentente entre les héritiers).

Selon les enquêtes menées par la filière Succession du groupe BPCE, les héritiers attendent aussi de leur banque des conseils sur les placements. Pour ce faire l’Agence Successions peut proposer aux héritiers le replacement des capitaux perçus, un rendez-vous avec un conseiller en agence, ou auprès d’un gestionnaire de patrimoine en fonction de la complexité des situations.

Anticiper sa succession.

Pour faciliter cette transmission il est fortement conseillé d’anticiper sa succession. Les choix parfois complexes, nécessitent de prendre conseil très en amont auprès de conseillers en gestion de patrimoine et du notaire.

« Plus le patrimoine est important, plus nos clients sont préparés, constate Maurizio Lai. Mais parce que le sujet est très sensible, certains repoussent le moment de préparer leur succession, ce qui est dommageable. »

Attention : les droits du conjoint ne sont pas les mêmes dans le cas d’un mariage, d’un Pacs et d’un concubinage. Sans testament en sa faveur, un concubin ou pacsé sera étranger à la succession.

La donation au dernier vivant est une donation entre époux qui lui permet d’acquérir plus de droits dans la succession, mais uniquement dans une certaine limite.

Selon les situations, la donation au dernier vivant permet d’augmenter la part du conjoint survivant et de diversifier la nature de ses droits (car il peut cumuler pleine propriété et usufruit), ce qui peut être opportun en présence d’enfants non communs.

Cette fraction dépend du lien de parenté qui unit les autres héritiers au défunt (descendants, ascendants, frères et sœurs, oncles et tantes).

« A partir du moment où de l’immobilier est présent dans le patrimoine, la réalisation d’une donation au dernier vivant est à préconiser » commente Maurizio Lai.

On le voit, il est bon d’anticiper le sujet délicat de la succession. Certains moments sont propices : « La souscription d’un contrat d’assurance-vie est l’occasion d’appréhender la transmission du patrimoine dans son ensemble afin d’adapter la clause bénéficiaire en prenant en compte les spécificités familiales. L’assurance-vie bénéficie d’un régime fiscal extrêmement favorable pour la transmission des capitaux » relève Maurizio Lai.

L’achat d’un bien immobilier est aussi une autre opportunité pour évoquer la question.

Des donations pour alléger les droits de succession

Donner un coup de pouce à ses enfants tout en allégeant les futurs droits de succession, c’est aussi possible. Les enfants bénéficient tous les quinze ans d’un abattement fiscal sur une donation jusqu’à 100 000 €. Une fois de plus, cela encourage à préparer une succession très en amont.

Pour le chef d’entreprise, le « mandat de protection future »

La situation du chef d’entreprise est à considérer de manière particulière afin d’assurer la continuité du fonctionnement de son entreprise.

De son vivant, le dirigeant a la possibilité de conclure chez le notaire un mandat à effet posthume, dans lequel il désignera une ou plusieurs personnes de confiance qui assureront la gestion au quotidien de l’entreprise après son décès, pour le compte des héritiers, durant 2 ou 5 ans.

« Cela assure la pérennité de l’activité, souligne Maurizio Lai. Ce serait une catastrophe si l’entreprise était paralysée par cette non préparation de la succession. »

Photo : L’équipe de l’agence Successions

Successions : à la Banque Populaire du Sud, des spécialistes assistent les familles

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Merci pour votre vote.

Mots-clefs :

Sociétaires, réagissez à cet article
Vous devez être sociétaire et vous identifier pour poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être sociétaire et vous identifier pour poster un commentaire.

 Les performances des produits d'épargne et de placement indiqués sur ce site ne sont que le reflet d'une situation constatée à un instant donné (date de publication) et ne sauraient, en aucun cas, préjuger de l'évolution des taux et des cours des produits concernés.