Prêt à Taux Zéro : Un nouveau levier financier attractif pour les primo-accédants

18 février 2016

Depuis le 1er janvier dernier, les modalités du Prêt à Taux Zéro(1) ont beaucoup évolué en France. Autour de deux objectifs ciblés : permettre aux jeunes ménages d’accéder à la propriété mais aussi relancer l’emploi dans les secteurs du bâtiment et de la rénovation. Précisions sur ces nouvelles opportunités à saisir !

Le Prêt à Taux Zéro nouveau (PTZ) est arrivé  ! Depuis le début de l’année 2016, il est possible de profiter des nouvelles dispositions très attractives de ce PTZ nouvelle formule.

Une aubaine pour les jeunes ménages qui rêvent de devenir propriétaires de leur résidence principale !

Rappelons en préambule que le PTZ est un prêt complémentaire sans intérêt octroyé sous certaines conditions à des personnes qui achètent leur résidence principale pour la première fois ou qui n’étaient plus propriétaires de leur résidence principale dans les deux années précédentes.

Il est également possible d’acquérir un logement via le PTZ en prévision de la retraite.

40% du prix d’achat à taux zéro.

Le rêve de devenir propriétaire demeure encore difficilement accessible, notamment dans le Sud de la France soumis à de fortes pressions démographiques. Reste que les prix de l’immobilier ont tout de même tendance à se tasser un peu sous l’effet de la crise.

Dans ce contexte tendu, le gouvernement réalise donc un véritable effort financier pour relancer le marché de la construction rénovation. Pour ce faire, il enrichit le PTZ de nombreux atouts. Alors qu’il était possible auparavant d’emprunter à taux zéro une somme à hauteur de 18 à 26% du prix d’achat de son bien immobilier, il est désormais possible d’atteindre les 40%.

« Le montant du PTZ a donc été augmenté et parallèlement le plafond de revenus pour en bénéficier a été revu à la hausse. Un assouplissement bienvenu ! » confirme Marc Montalban, chargé d’études pour le marché des particuliers à la Banque Populaire du Sud.

L’ancien éligible dans toute la France

Nouveauté 2016 : au-delà du marché du neuf, ce PTZ peut également concerner une acquisition dans l’ancien, dans la mesure où 25% du coût total de l’opération sont alloués à des travaux de rénovation.

Cette disposition qui n’était effective que dans 5 920 communes rurales en France en 2015 est désormais étendue à tout le territoire. Là encore, un plus indéniable !

Un prêt sous conditions

Ces PTZ très attractifs sont par ailleurs conditionnés aux ressources du foyer et au nombre de personnes qui le composent mais également à des zones d’habitation bien précises (A,B1, B2 et C) déterminées sur le territoire en fonction du caractère plus ou moins tendu du marché et du niveau plus ou moins élevé des prix.

Pour exemple, une famille de quatre personnes en zone B1 peut emprunter jusqu’à 108 00 euros à taux zéro. Dans cette même zone B1, un célibataire sera en capacité d’emprunter 54 000 euros (voir tableau complet).

Le différé, une bouffée d’oxygène financière

L’autre point fort du PTZ réside dans sa durée et ses modalités de remboursement qui sont, là encore, devenues plus avantageuses aussi bien dans le neuf que dans l’ancien. Le PTZ donne ainsi la possibilité d’une première période dite de « différé » de cinq, dix ou quinze ans selon les ressources de l’emprunteur.

Plus les revenus sont faibles plus le différé peut être conséquent. Durant ce laps de temps, l’emprunteur ne rembourse pas le prêt. Le remboursement intervient au terme du différé et s’effectue de manière tout à fait classique par le versement d’une somme tous les mois, à mensualités constantes pendant une période de quinze, douze ou dix ans.

Dans tous les cas, la durée maxi du prêt ne peut excéder vingt-cinq ans, périodes de différé et de remboursement cumulées. « Le différé améliore grandement la situation des ménages et leur octroie des capacités financières supplémentaires. Il permet d’alléger la charge de remboursement au départ pour faire face aux autres prêts bancaires sur lequel courent des intérêts » précise Marc Montalban.

« C’est le moment d’acheter »

Pour plus de détails, les conseillers de la Banque Populaire du Sud sont à l’écoute et disposent de tous les outils nécessaires aux calculs les plus pertinents, entre optimisation du PTZ et des prêts bancaires classiques qui affichent à l’heure actuelle des taux particulièrement attractifs. « Pour les primo-accédants, pas de doute, c’est le moment d’acheter » conclut Marc Montalban.

Le PTZ en chiffres

A travers cette évolution du Prêt à Taux Zéro, le gouvernement vise un quasi doublement des PTZ en France avec un objectif de 120 000 PTZ par an. En termes d’emplois dans le bâtiment et la construction, ces nouvelles dispositions devraient se traduire par la création de 50 000 postes dans le secteur. Les PME locales et les artisans de la rénovation espèrent une concrétisation rapide des premiers projets.

Montants maximum du PTZ pour un logement acquis en 2016

Selon la zone géographique du logement et le nombre de personnes destinées à y habiter, le PTZ peut atteindre les montants suivants :

Nb de personnes Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 60.000€ 54.000€ 44.000€ 40.000€
2 84.000€ 75.600€ 61.600€ 56.000€
3 102.000€ 92.000€ 74.800€ 68.000€
4 120.000€ 108.000€ 88.000€ 80.000€
5 et + 138.000€ 124.400€ 101.200€ 92.000€
(1) : Sous réserve du respect des dispositions réglementaires du Prêt à Taux Zéro et d’acceptation de votre dossier par la Banque Populaire, prêteur. Le PTZ est un prêt sans intérêt accessible sous conditions de ressources qui vous permet de financer un logement neuf ou ancien sous conditions. Les intérêts sont pris en charge par l’État. L’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours avant d’accepter l’offre de prêt. La vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit rembourser les sommes versées.

Informations