Métier de bouche | Maison Paré : de la pure tradition à l’innovation perpétuelle

16 septembre 2015

Depuis 1929, la maison Paré régale les gourmets du Roussillon de pièces de boucher, de charcuterie et de plats préparés de premier rang. Christian Paré, issu de la troisième génération, perpétue ce savoir-faire tout en y apportant modernité et véritable innovation ! Portrait d’un homme de goût !

Pour la maison Paré, tout commence à Fourques, un petit village des Aspres dans les Pyrénées-Orientales. C’est là, en 1929, que Joseph Paré, le grand-père, ouvre sa première boucherie/charcuterie après avoir quitté l’Espagne et après avoir travaillé quelques années dans des fermes locales à élever des bêtes.

Dans les années 60, Roger Paré, fils de Joseph, reprend la boutique. Très vite, il se trouve confronté au développement des grandes surfaces et doit faire face à une période difficile. Si les clients ne viennent plus à lui, il ira au devant de la clientèle.

Se rapprocher de la clientèle

A la fin des années 70, Roger Paré, en visionnaire, crée deux boucheries saisonnières à Saint-Cyprien et à Argelès, ouvertes six mois par an. Dans le même temps, il met au point une nouvelle gamme de charcuterie artisanale de grande qualité.

Fort de ces produits d’exception, il se présente à de nombreux concours et atteint une reconnaissance nationale plébiscitée par les médias. « Je me souviens de cette touriste qui entrait avec le magazine Elle dans la main pour venir acheter des charcuteries qui avaient fait l’objet d’un article » confie Christian Paré.

Ce dernier, fils de Roger et actuel patron de l’entreprise, a été impliqué dans l’entreprise avant ses dix-huit ans. Très vite, il prend en main la destinée de la charcuterie d’Argelès et participe à l’aventure familiale.

En 2002, il prend la relève avec l’obligation de redonner un nouveau souffle à son commerce. Il investit 400 000 euros dans un laboratoire moderne à Fourques avec le soutien de la Banque Populaire du Sud, histoire de remettre l’outil aux normes.

« Le problème, c’est qu’en hiver nous dilapidions le chiffre d’affaires de l’été. Nous avions besoin d’une boutique à l’année pour prospérer tout au long de l’année » poursuit le chef d’entreprise. Objectif là encore : se rapprocher de la clientèle.

En 2006, il prend de gros risques, et s’installe à Llupia près de Thuir, la capitale des Aspres, autour d’un rond-point avec parking.

En quête d’inspiration, il visite des établissements à Barcelone et investit 400 000 euros dans un établissement haut de gamme, un endroit beau et raffiné. Le succès est immédiat, les objectifs de départ sont largement dépassés. « Nous avons créé un bar dans la boutique avec dégustation de produits » s’enthousiasme Christian Paré.

« Relooker la boucherie comme on ne l’avait jamais vue »

Conquérir le client, un leitmotiv, encore et toujours ! En 2007, Christian Paré crée une boutique en ligne avec un système de paiement relié à la Banque Populaire du Sud. Le numérique pour stimuler les ventes de produits du terroir.

Mais Christian Paré veut aller encore plus loin, là où personne n’a jamais osé poser des jalons. En février 2014, il ouvre un nouvel établissement situé Chemin de la Fauceille à Perpignan, en bordure d’une rocade très passante.

« Je me suis lancé un défi : relooker la boucherie comme on ne l’avait jamais vue. Je suis parti du constat qu’aujourd’hui les gens ne savent plus ce qu’ils mangent, et ce constat est d’autant plus vrai pour la viande. Pour redonner confiance au client, j’ai donc poussé le concept de transparence à l’extrême. Des frigos vitrés spéciaux ont été développés pour moi, ce sont des prototypes qui n’existent nulle part ailleurs. De la bête entière à l’assiette, le client peut voir ce qu’il mange » indique Christian Paré.

Les gourmets peuvent ainsi venir acheter les produits Paré ou bien déjeuner sur le pouce à midi, d’un pavé de bœuf coupé à même l’étal devant eux et cuisiné sans gras, à la japonaise façon teppanyaki. Réussite immédiate !

Christian Paré a investi près de 600 000 euros sur ce projet. Il vient d’ailleurs d’équiper sa boutique d’un Drive en partenariat avec la Banque Populaire du Sud, qui participe à son financement.

Avec ses quatre établissements de Fourques, Argelès, Llupia et Perpignan – celui de Saint-Cyprien a été vendu – la maison Paré réalise un chiffre d’affaires annuel de 3,2 millions d’euros et emploie 22 personnes. Et Christian Paré ne compte pas s’arrêter là. Il aimerait ainsi franchiser son concept pour le dupliquer un peu partout. Avis aux investisseurs.

Pour l’heure, la maison Paré va s’installer à Montpellier, face à l’ARENA, au rez-de-chaussée du nouveau bâtiment Sud de France, au sein d’une grande Halle de 1000 m² dédiée aux produits régionaux.

« Fou de Sud », c’est son nom, réunit sept associés, tous spécialistes des métiers de bouche, qui ont créés ce lieu des saveurs où l’on pourra faire ses courses tout en cassant la croûte. Ouverture prévue le 19 novembre 2015. Le savoir-faire de la Maison Paré s’exporte au-delà du Roussillon.


Christian Paré : Lauréat Stars et Métiers 2015

La nouvelle implantation perpignanaise de la maison Paré unique en France a permis à Christian Paré de devenir le lauréat du prix national Stars et Métiers 2015, organisé conjointement par les Chambres des Métiers et les Banques Populaires, dans la catégorie Stratégie globale de l’innovation.

Une consécration méritée pour cet artisan de talent qui n’en finit pas « d’innover avec des choses simples que personne ne fait » comme il dit.

Informations