Livret A ou Livret Développement Durable : Moins attractifs mais toujours incontournables

18 septembre 2015

Le livret A et son petit-frère le livret Développement Durable (LDD) représentent la première pierre à l’édifice de la construction de l’Epargne. Malgré une baisse de taux enregistrée au début du mois d’août à 0,75%, un taux historiquement bas, ces livrets n’ont pas vraiment d’alternative. Le blog des sociétaires de la Banque Populaire du Sud (BPS) vous explique pourquoi…

« Ma grand-mère m’a ouvert un livret A à l’agence de la Banque Populaire de Sigean alors que je n’étais encore qu’un petit enfant. Je l’ai toujours » assure Stéphane, fringant quadragénaire. Une anecdote souvent entendue dans les familles.

Il faut dire que tout le monde dispose d’un livret A. On en compte près de 63 millions dans toute la France.

« Pour le plus grand nombre, enfants mineurs compris, l’ouverture d’un livret A constitue le début de la relation bancaire, un premier pas » confirme Anne Hernandez, en charge de la gestion privée à la BPS.

Aujourd’hui pourtant, face à la baisse du taux de rémunération fixé à 0,75%, l’épargnant peut s’interroger sur l’intérêt d’ouvrir un livret A ou un LDD et d’y conserver des capitaux.

Trois mois de revenus sur le livret A, par précaution

Compte d’épargne rémunéré et réglementé, le Livret A recèle de nombreux avantages. Il s’agit d’un produit à durée illimitée, accessible à tous. Il permet à son titulaire de gérer sans contrainte et en toute sécurité, une épargne disponible à tout moment via des versements et des retraits libres.

Même dégradée, sa rémunération reste intéressante. Dans un contexte d’inflation faible et de taux historiquement bas, le livret A n’a quasiment pas de concurrence sur ce créneau de la rémunération de l’épargne disponible à très court terme.
Cette rémunération est par ailleurs nette d’impôt et de prélèvements sociaux. Il est à noter que les dépôts du livret A sont directement garantis par l’Etat.

Enfin, il convient d’analyser l’objectif attendu avec sa capacité d’épargne. Les sommes affectées au livret A doivent réellement correspondre à un objectif de liquidité immédiate, de précaution pour faire face à des imprévus ou à des décalages de trésorerie. « On estime traditionnellement qu’un « volant » de 3 mois de revenus doit être conservé sous cette forme » indique Anne Hernandez.

L’affectation de l’Epargne nécessite un diagnostic précis

Mais alors, quelles sont les autres alternatives au livret A ou au LDD pour obtenir de meilleurs rendements ? « Pour le capital qui doit rester disponible à tout moment, certains épargnants ont la possibilité de souscrire un Livret d’Epargne Populaire. Ce livret est réservé aux contribuables dont le revenu fiscal de référence sera inférieur à 19 235 €*. Pour ce livret qui est défiscalisé lui aussi, la rémunération est portée à 1,25% » poursuit Anne Hernandez.

Pour les capitaux qui pourraient être placés avec un horizon moyen et long terme avec un degré de risque supérieur, d’autres solutions d’épargne seront plus appropriées et plus rémunératrices : Plan Epargne Logement, contrat d’assurance vie

Quoi qu’il en soit, l’affectation de l’épargne sur les différents supports nécessitera un diagnostic précis : quels sont mes objectifs avec ces capitaux, quels horizons de placement, quelles conséquences sur ma fiscalité ? « Tout le travail du conseiller en gestion privée » conclut Anne Hernandez.

* Pour 2015, un contribuable domicilié en Métropole dont le revenu
de référence afférent à l'année précédant celle au titre de laquelle
l'imposition est établie est inférieur ou égal à 19 235 € pour la première
part de quotient familial, 5 316 € pour chaque demi part supplémentaire.

Le Livret A et le LDD en trois questions

A quoi servent le Livret A et le LDD ?

Le Livret A sert à financer le logement social en France. Le livret Développement Durable, comme son nom l’indique voit ses ressources affectées à la rénovation énergétique des bâtiments et à la transition énergétique, mais aussi de plus en plus en soutien des PME.

Quel est leur plafond ?

Le plafond du Livret A s’élève à 22 950 euros, celui du LDD à 12 000 euros.

Quand et comment est révisé leur taux ?

Leur taux est révisé tous les six mois, le 1er février et le 1er août. Le gouverneur de la Banque de France propose un taux basé sur le taux de l’inflation. In fine, le taux de l’épargne réglementée du Livret A et du LDD est fixé par le gouvernement, un geste éminemment politique.

Informations