Le PEL à 1% a-t-il encore un intérêt ?

19 octobre 2016

L’atout numéro un d’un PEL(1), au-delà de sa modeste rentabilité fixée à 1%, résidait dans sa capacité à cumuler des droits à crédit dans l’optique d’un investissement immobilier futur.

Par ailleurs : depuis le 1er août 2016, le taux de crédit garanti sur l’ensemble de la durée du PEL s’élève à 2,20% soit bien supérieur au taux qu’il est possible de contracter à l’heure actuelle pour l’achat d’un logement.

Aussi, à première vue l’attractivité du PEL n’est plus si évidente, et pourtant…

Le PEL a encore des arguments.

1/ Un scénario de hausse des taux avec un léger emballement n’est pas à exclure. Les 2,20% garantis pourraient vite redevenir un refuge.

2/ Un épargnant cherche un placement sans risque, sur une durée moyenne de 4 à 5 ans avec exonération fiscale sur les intérêts capitalisés. A part le livret A, le PEL pour lequel il faut quand même s’acquitter des prélèvements sociaux, n’a pas d’équivalent sur le marché. Son plafond de versement : 61 200 euros.

3/ Le PEL permet de faire bénéficier les membres de sa famille au sens large, des droits à crédit acquis dans la mesure où la personne concernée dispose elle-même d’un PEL. Une vraie passerelle intergénérationnelle.

[1] Le PEL peut être ouvert par une personne majeure ou mineure, dans la limite d’un plan par personne.
En cas de détention d’un Compte Epargne Logement, l’ouverture d’un Plan d’Epargne Logement n’est possible que s’ils sont domiciliés dans le même établissement.

Informations