La Banque Populaire du Sud parie sur l’innovation et les start-up

13 juillet 2016

Les agiles et inventives start-up régionales ne sont pas des jeunes entreprises tout à fait comme les autres… Afin d’apporter les réponses les plus adaptées, la Banque Populaire du Sud leur dédie une équipe, bientôt une agence, et utilise un outil exclusif de financement de l’innovation, Innov & Plus. La banque puise aussi dans les bonnes idées des start-up pour appuyer sa propre démarche d’innovation, en particulier sur la qualité du service client.

La labellisation « French Tech » de la métropole montpelliéraine a mis en pleine lumière un écosystème bouillonnant de 400 à 500 start-up innovantes, que la Banque Populaire du Sud approche avec un intérêt certain.

« La BPS, historiquement banque des entrepreneurs, est légitime dans l’accompagnement de ces jeunes entreprises à fort potentiel de croissance » confirme Thierry Armand, Directeur des marchés Entreprises et Institutionnels de la Banque Populaire du Sud.

À quoi reconnaît-on une start-up ? « Elle met en place des process ou des produits de rupture* », répond Thierry Armand. « Les start-ups sont des entreprises à croissance rapide, dotées d’une organisation légère, et elles emploient des profils de haut niveau. Elles demandent beaucoup de réactivité », ajoute Frédéric Planche, Responsable développement entreprises & innovation à la Banque Populaire du Sud.

Si toutes manient les technologies du numérique, les domaines d’application des start-up sont multiples et souvent complexes : agro-technologies, biotechnologies, e-santé, objets connectés, médias et communication, systèmes embarqués…

Des chargés de mission spécialisés

Pour accompagner au mieux la création et l’accélération de ces jeunes entreprises innovantes, la Banque Populaire du Sud a fait le choix de la spécialisation.

Basée à l’agence Montpellier Entreprises, une équipe de deux chargés de mission se consacre aux start-up du Grand Montpellier. « La zone montpelliéraine concentre sans doute 60 % des start-up régionales, même s’il existe des Pôles dynamiques à Perpignan, Narbonne ou du côté de l’Ecole des Mines d’Alès dans le Gard », explique Thierry Armand.

« Cette stratégie de spécialisation est une réussite », affirme –t-il. « C’est vrai, nous avons déjà plus d’une centaine de start-up en portefeuille, évalue Frédéric Planche. L’accompagnement va au-delà du simple financement bancaire et tend vers le conseil en stratégie de développement. »

La banque approfondira son accompagnement en créant à la rentrée 2016 une agence dédiée. En outre, pour renforcer les compétences de son réseau dans la connaissance des start-up, la Banque Populaire du Sud a conçu avec le groupe BPCE une grille d’analyse du risque start-up, qui sera diffusée auprès des conseillers. 

Des financements pour soutenir l’innovation

La Banque Populaire a aussi conçu des outils adaptés au financement de l’innovation, comme Innov&Plus, créé grâce à un partenariat exclusif avec le Fonds Européen d’Investissement (FEI).

Ce crédit amortissable (qui peut aller de 25 000 € à 7 M€) finance toutes les dépenses engagées, quelles que soient leurs natures, sur un projet à caractère innovant (pas uniquement à caractère technologique). Les formalités sont simplifiées et le taux d’intérêt bonifié grâce à l’engagement du FEI.

Autre avantage : Innov&Plus peut se combiner avec les outils de financement et garantie de la banque publique d’investissement Bpifrance.

« Cet outil connait un réel succès, ce qui prouve qu’il correspond à un vrai besoin », juge Thierry Armand. La jeune société montpelliéraine spécialisée dans la collecte d’avis clients Eval&Go, qui en a bénéficié, est aujourd’hui en plein développement : « Nous commercialisons depuis un mois la nouvelle génération de notre borne interactive autonome Qwesteo, lance le cofondateur Sébastien Lerouge. Nous avons déjà des pilotes dans des enseignes commerciales et des demandes à l’international. » La société emploie 18 salariés et recrute « en permanence »…

Immersion dans le réseau de l’innovation

« Financer l’innovation des start-up suppose non seulement de bien comprendre les technologies, mais de baigner dans l’écosystème de l’innovation », relève Frédéric Planche.

La Banque Populaire du Sud dialogue en permanence avec les principaux acteurs régionaux de l’accompagnement de l’innovation : elle est partenaire de longue date du fonds d’amorçage régional Créalia.

Elle fait route avec le Business Inbucation Center (BIC) de Montpellier Méditerranée Métropole, maillon du réseau régional Synersud composé d’une vingtaine de pépinières et incubateurs.

La Banque Populaire du Sud échange aussi régulièrement avec l’agence régionale de l’innovation Transferts LR, présidée par Christophe Carniel et elle-même cliente de la banque.

Installé à Montpellier, Christophe Carniel est aussi un entrepreneur innovant : sa dernière création, Vogo Sport, fait entrer les spectateurs des événements sportifs dans une toute nouvelle dimension grâce au numérique. La Banque Populaire du Sud a aussi contribué à financer le démarrage de Vogo Sport via Innov&Plus.

L’innovation irrigue la BPS

Le dialogue avec les start-up peut aussi enrichir la démarche innovation de la Banque Populaire du Sud. Celle-ci s’est dotée en janvier 2016 d’une Direction de l’innovation et du service client pilotée par Catherine Baldo.

« Notre double enjeu, affirme Catherine Baldo, est de promouvoir une démarche permanente d’innovation et de faire progresser en continu la qualité de service rendue à nos clients. »

Des échanges ont vite été engagés avec des start-up « agiles et pleines d’idées », et les résultats sont déjà très concrets : la banque teste une borne interactive d’Eval&Go dans sa nouvelle agence Campus de Perpignan, dédiée au monde universitaire.

Catherine Baldo a aussi participé fin mai à Montpellier à l’événement Big Up 4 Start-up, fréquenté par des dizaines de jeunes entreprises innovantes. « Nous les avons questionnées sur nos souhaits de créer un site Internet et une application mobile de coconstruction avec nos clients ainsi qu’une plateforme communautaire d’échanges de services destinée à nos clients et sociétaires. »

* L’innovation de rupture est une innovation qui aboutit à la création d’un nouveau marché, radicalement différent des marchés existants. Elle consiste en un changement de concept pour les clients. En général elle apporte aux clients des bénéfices radicalement supérieurs à un coût radicalement inférieur. (source : le blog de l’innovation de rupture)

Informations