Gaël Rezé se rêve en Georges Lucas du web

18 novembre 2015

Il a commencé par faire rire sur le net avec des sketchs dans le sillage de Cyprien et de Norman. Repéré par la Banque Populaire du Sud, le jeune Agathois de 23 ans se lance dans un rêve fou : réaliser une web-série d’une qualité égale à la télévision, pour laquelle il lance d’ici l’été une campagne de crowdfunding.

Bienvenue dans un monde parallèle, celui de la génération web, des communautés de fans et des anglicismes à gogo ; un monde virtuel qui a ses propres codes, ses valeurs et ses modes.

C’est dans ce chaudron qu’est né Gaël Rezé. A 12 ans, le petit prodige Agathois avait déjà tourné des remake de Star Wars et un premier court métrage, « Kids in Blue », une parodie de « Men in Black ».

Il s’invente un personnage, Khan, costume-cravate « from scratch » (à partir de rien) et masque de Boba Fett (un héros de la Guerre des étoiles).

Sur le net, pendant plusieurs années, Gaël Rezé tourne avec sa bande de copains des sketchs décalés et bourrés d’humour. En 2013, le jeune réalisateur se fait repérer par la Banque Populaire du Sud et remporte, à l’unanimité du jury, le concours régional dédié aux jeunes talents du web avec ses vidéos sur « les jeunes et l’argent ».

Humour et sérieux

Ce petit génie du web a pour modèles Cyprien – dont la chaîne Youtube (7,8 millions d’abonnés !) a été rachetée en septembre 2015 par le géant Webmedia -, le réalisateur de web-séries François Descraques, Georges Lucas « qui a eu le génie et l’audace d’aller à contre-courant de Hollywood » ou encore Alain Chabat.

Ce patchwork d’influences lui donne une culture web décalée, à la limite de l’absurde, et truffée de clins d’œil.

Mais Gaël Rezé n’est pas un loufoque pour autant. Il est bel et bien ancré, dixit, « in real life » (dans la vraie vie), a la tête sur les épaules, le regard porté loin sur l’horizon, le goût du perfectionnisme (« le mot simple, je ne connais pas ») et de l’ambition (« chaque fois, la barre plus haut », telle est sa devise).

Son CV relate d’ailleurs un parcours carré et solide : IUT des matériaux option arts appliqués à Chambéry, BTS audiovisuel à Toulouse et licence pro de concepteur réalisateur audiovisuel à Montpellier III.

« L’Incroyable Odyssée »

En 2013, il arrête ses études pour se consacrer « à 200 % » à la réalisation d’un projet « qui peut avoir l’air fou » : une web-série loufoque dans le style heroïc fantasy, appelée « L’Incroyable Odyssée », qui se veut le « Seigneur des anneaux » version française, web et déjantée.

Une prophétie millénaire annonce l’ouverture d’une brèche entre deux mondes. Le dieu Vishtu envoie cinq héros la fermer et sauver le monde. Mais les valeureux vont rapidement découvrir qu’ils ne sont que les pions d’un vaste complot…

Plus de 90 bénévoles travaillent au projet qui est ambitieux à tous les niveaux : scénario, costumes, maquillage, accessoires, effets spéciaux, etc.

« Notre ambition est même tentaculaire, avoue Gaël Rezé. On ne s’interdit rien. On veut frapper un grand coup et prouver qu’une web-série peut être de très bonne qualité, autant qu’à la télé. Depuis trop longtemps, on nous colle une image d’amateurs et d’incompétents. Résultat, certains financeurs ne nous prennent pas aux sérieux. »

« Réussir dans la fiction web »

Dès ce premier trimestre 2016, les internautes pourront découvrir huit teasers, de 2 à 8 minutes, prélude au lancement avant l’été d’une campagne de crowdfunding (financement participatif) pour réaliser le premier épisode de « L’Incroyable Odyssée ».

Informations