Christophe Carniel, l’homo numericus du Languedoc

18 février 2016

Vingt ans après le succès d’une première entreprise dédiée à la numérisation des médias, Christophe Carniel a lancé en 2014 VoGo, une application prometteuse qui permet de revoir une action au ralenti sur son smartphone. Le chef d’entreprise, qui est suivi dans tous ses projets par la Banque Populaire du Sud, est bien décidé à rayonner depuis Montpellier, une ville qu’il n’a jamais voulu quitter.

De ses nouveaux locaux du Millénaire, Christophe Carniel voit au loin le pic Saint-Loup. Le détail est important pour celui qui n’a jamais quitté la région de Montpellier et qui a connu le succès au pied de la « montagne » des Montpelliérains avec sa première entreprise à Claret.

Nous sommes alors en 1993. Christophe n’a que 26 ans et sort de l’Ecole des mines d’Alès. Le jeune homme crée, avec son copain de promo Pierre Keiflin, une société d’édition de logiciels qui va rapidement révolutionner le monde des médias. Finies les bandes magnéto, bienvenue dans l’ère du numérique !

Avec Netia (contraction de « Network » et « Multimédia »), les plus grands diffuseurs radio et TV internationaux (France Télévision, Canal +, LCI, RTL, Radio France) passent leur production en numérique et gagnent en réactivité.

« Ce fut une merveilleuse aventure humaine et économique, avec un super développement à international », se souvient Christophe Carniel.

Rachetée en 2008 par une filiale d’Orange, l’entreprise est présente dans 25 pays et compte toujours une centaine d’emplois à Claret. « Cela faisait partie des engagements indispensables à la vente, précise Christophe Carniel. Je ne veux pas avoir un jour à baisser la tête en traversant la Comédie*. »

Avec le fruit de la vente de Nétia, Christophe Carniel a investi dans une dizaine de start-up, notamment de la région Languedoc-Roussillon. Mais l’homme reste discret sur ces financements. « Un bon chef d’entreprises doit être ambitieux… et modeste », sourit-il.

Avril 2014. Après un an de Recherche &Développement, ce passionné d’économie numérique et de sports lance un nouveau projet avec son complice de toujours, Pierre Keiflin : VoGo (en clin d’œil à la voile, dont il est fan, et à la lettre « o » très tendance dans le numérique), que la Banque Populaire du Sud a décidé d’accompagner et de financer, comme elle l’avait fait en son temps pour Nétia, afin de soutenir l’économie régionale.

« L’idée est née d’une « frustration », celle de louper de belles actions de jeu dans un stade ou d’être trop éloigné pour bien les voir. »

L’application VoGo permet de se repasser immédiatement ces actions, au ralenti et en gros plan, sur son smartphone. C’est le fameux « replay » réservé jusqu’ici aux télévisions. Désormais le spectateur devient téléspectateur et ce, gratuitement.

Testée grandeur nature pour la première fois au championnat d’Europe de Judo à Montpellier en 2014 puis au tournoi de Roland-Garros, VoGo a déjà été utilisée pour une trentaine d’événements sportifs en 2015 dans douze disciplines (championnats de France de waterpolo et de kite-surf, matches de rugby du Top14, championnat du monde de tir à l’arc de Lausanne, etc.)

« Je pense qu’on a une vraie pépite entre les mains », assure Christophe Carniel.

D’où lui vient ce « flair » pour trouver de tels concepts ? « Le but est d’être passionné et de sentir les évolutions du marché. Cela vient sans doute d’une forme d’ouverture d’esprit et d’une veille personnelle. »

Ce n’est pas pour rien que Christophe Carniel est à la tête depuis 10 ans de l’agence régionale de l’innovation Transfert LR, qui fédère tous les acteurs de la chaîne (collectivités, laboratoires, entreprises, incubateurs) et qui a déjà accompagné près de 3000 porteurs de projets.

En juin 2014, VoGo a été élue « start-up sportive numérique de l’année » au Salon Sport Numéricus de Paris. Un an plus tard, en juin 2015, ses fondateurs ont annoncé avoir levé 4 millions d’euros et ouvrir un bureau aux Etats-Unis pour accentuer la croissance à l’international.

D’autres implantations sont prévues en Suisse, siège des principales fédérations sportives internationales, et au Japon qui accueillera la prochaine Coupe du monde de rugby en 2019 et les Jeux Olympiques d’été en 2020.

En 2016, VoGo a déjà prévu d’accompagner plus 45 événements sportifs avec des nouveautés sur l’application comme la possibilité de réaliser des achats (maillots, sandwichs, boissons, statistiques) pendant le spectacle.

L’application devrait également être utilisée par une grande marque française de haute couture pour un défilé de mode, avec la possibilité de dire en direct « j’aime/je n’aime pas » et de réaliser des pré-achats. Une première expérimentation est également prévue pour couvrir un concert.

* Place principale de Montpellier, en plein cœur du centre ville médiéval

Informations